Photographe Annecy – Haute-Savoie – Rhone-Alpes – Photographie Portrait

Hello ! Après des premiers portraits « naturels » (sans makeup et ni retouches du corps), j’ai eu envie de donner la parole aux personnes qui passe devant mon objectif. Voici donc le témoignage inspirant de Léane et croyez-moi, ça vaut le coup de lire jusqu’à la fin :

<< J’ai encore eu la chance de passer devant l’objectif de Tash, mais cette fois-ci avec une démarche bien différente : poser sans maquillage. Elle m’avait déjà proposé de poser avec un make-up minimal, naturel, hyper léger, mais du zéro make-up c’était bien une première pour moi.

Et c’est drôle parce que le matin devant ma glace, j’ai lutté. Je me voyais, avec mes rougeurs au coin du nez, avec mes cernes sombres et creusées, avec ces boutons qui ne peuvent s’empêcher de pousser dès qu’une séance photo se profile. J’avais tellement envie d’harmoniser mon teint, de mettre du mascara pour réveiller un peu mon regard. Pourtant je ne me maquille plus tous les jours, mais c’est comme si j’avais honte de poser comme ça, comme si je devais faire plus, être plus jolie que d’habitude.

En fait j’utilise le maquillage comme un « masque social ». Comme si quand je suis maquillée je suis quelqu’un d’autre. On pourra me regarder de travers, me faire toutes les réflexions possibles, ça ira, car ce n’est pas réellement moi. C’est le maquillage qui me donne du courage, de l’assurance de la confiance en moi. Donc selon les situations je serai plus ou moins maquillée, en fonction du « degré de confiance en moi » dont j’ai besoin, et dans ma tête pour « bien » poser, pour avoir de « jolies » photos j’ai besoin de maquillage. (Alors que « bien » et « joli » c’est hyper subjectif, on ne mettra jamais tout le monde d’accord sur ce qui est beau.)

J’essaie progressivement d’en mettre moins, d’être plus naturelle et toujours garder cette confiance. Mais j’ai remarqué que finalement, ce qui me bloque le plus c’est le regard des autres. Ou l’impression de jugement de la part d’autrui. Je m’explique : quand je sors « trop » maquillée (c’est jamais trop si t’avais envie de sortir comme ça fais-le, c’est encore un mot subjectif) j’ai toujours l’impression qu’on me regarde, qu’on va me juger : « Si à 20 ans elle se maquille autant j’imagine pas à 50 », « C’est dommage, elle est obligée de mettre autant de maquillage pour s’assumer » … mais ça c’est dans ma tête. Je ne suis pas sûre qu’à 7h dans le tram bondé que tout le monde soit concentré sur ma tête, certains peut-être, peut-être même qu’ils pensent ce que je viens d’écrire, peut-être qu’ils se disent juste que je suis bien maquillée, qui sait ? Mais à l’inverse quand je sors sans maquillage, j’ai l’impression qu’on pense que j’ai fait aucun effort, que la personne je vais voir ne mérite que je me prépare pour elle… Et tout ça, c’est la société, les autres, c’est construit. Il y a des endroits où ces préoccupations n’existent pas. On ne devrait pas se poser autant de questions pour sortir le matin, faire comme on a envie. Et c’est dans ce sens que j’ai posé sans maquillage. J’ai envie de me prouver que oui, même sans maquillage je peux être jolie, je peux avoir confiance en moi.

J’avais envie de voir des photos qui changent, où les modèles ne ressemblent pas à des Barbies ou des filtres Snapchat. Montrer aux plus jeunes qu’elles ne sont pas obligées de se maquiller pour faire comme les filles à la télé.

Et je ne vais pas mentir, en voyant les photos, mes défauts me sautent aux yeux. Forcément je vois mes cernes, mes boutons… Mais on passe au-dessus, on regarde le reste et on trouve la photo jolie. Puis on se trouve jolie par extension. Et ça fait du bien. Puis on parle avec le photographe, on parle de nos photos favorites, et t’es étonnée de voir que ce ne sont pas les mêmes, que certaines t’ont même fait grimacer quand tu les as vues la première fois. Mais c’est une autre personne qui n’est pas dans ta tête, elle ce n’est pas tes cernes qui lui sautent aux yeux. Et là tu te sens encore un peu mieux.

Ensuite, les photos sont publiées sur les réseaux. (Ces réseaux qui sont à la fois géniaux et horrible pour la confiance en soi. Ceux qui boostent ton égo avec les likes, les commentaires gentils mais qui peuvent aussi te détruire avec des commentaires négatifs voir méchants. Ces mêmes réseaux qui forment des communautés bienveillantes, qui t’aident à surmonter tes complexes, tes peurs, mais qui sont aussi le berceau des trolls. Bref.) Elles sont publiées sur les réseaux. Et là les gens aiment, font des retours positifs (Parce qu’ici il n’y a que des gens gentils <3) et tu les oublie tes cernes et tes boutons.

Et de tout ça, qu’est-ce que je retiens ? Que je vais continuer de me maquiller parce que j’aime ça, que parfois je serai « trop » maquillée parce que je me suis amusée le matin, que parfois j’aurai « l’air fatiguée » parce que je n’avais pas envie de me maquiller, que j’avais mieux à faire. Mais au final, je vais essayer de garder dans un coin de ma tête que ça ne va rien changer à ma journée, parce que je n’ai pas besoin de ça pour avoir confiance en moi.

Finalement le meilleur conseil que j’ai retenu après bientôt deux ans en licence de psychologie, c’est « Pensez d’abord à vous. Faites ce que vous voulez, pour vous. Ne pensez pas aux autres. Et vous verrez si vous êtes bien dans votre peau à faire les choses que vous aimez, à être ce que vous voulez, les gens vous suivront parce que vous dégagerez quelque chose de positif. » C’est peut-être bête et un peu bateau mais aimez-vous vous-même, les autres vous aimeront en retour. Soyons un peu narcissiques ! >>

Envie de rebondir ? Laissez un petit commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *